Maintien lombaire
Accueil Remonter Lombosciatique Fractures vertébrales La hernie discale lombaire Les causes Lombosciatique aiguë Douleurs chroniques Rééducation et réadaptation Médecine manuelle/ostéopathie La chirurgie Rééducation des lombalgies chroniques Lombalgies et sciatiques aiguës Maintien lombaire Corsets anti-cyphose

 

Lomboradiculalgies
Lyse isthmique
En chirurgie

Objectifs des corsets de maintien lombaire

  • Soulager de la douleur +++
     
  • Favoriser la réparation lésionnelle : cicatrisation des lésions disco-ligamentaires, consolidation d'une fracture isthmique...
     
  • Protéger le rachis pour permettre une reprise d'activité plus précoce.
     
  • Faciliter une prise en charge ambulatoire. Le coût apparemment élevé du corset est largement amorti par l'économie faite sur les temps d'hospitalisation...
     

Principes d'action

L'immobilisation

  • Elle n'est jamais totale car il est difficile d'avoir une prise parfaite sur le pelvis, surtout à sa partie antérieure (région pubienne et inguino-crurale) qu'il faut partiellement dégager pour permettre la station assise.
  • Une immobilisation plus rigoureuse impose une, voire deux prises crurales... qui interdisent la station assise ! 

La compression

  • La compression abdomino-lombaire a un effet "allongeant" comme lorsque l'on serre un boudin à demi gonflé. Un effet de décompression discale est discuté. 
  • La respiration abdominale à l'intérieur de l'enceinte fermée du corset fait varier la pression vasculaire. Les exercices de ce type ont un effet sédatif. Peut-être jouent-ils sur la stase veineuse incriminée dans la génèse des douleurs radiculaires. 

Effet proprioceptif

  • La prise de conscience de la position redressée est meilleure avec les corsets rigides qu'avec les corsets en matériaux souples qui se laissent rapidement déformer. 
  • L'apprentissage de l'économie rachidienne peut être réalisée en situation réelle de travail dès que la diminution des douleurs le permet.

La réalisation du corset

Moulage

  • Le moulage est pris en position debout redressée, ventre rentré. Il englobe le pelvis et la base du thorax.
  • Le pince-taille doit être bien marqué car il permettra la stabilisation du corset sur le pelvis. 
  • L'appui lombaire doit être équilibré par un contre-appui abdominal pour contrôler la lordose lombaire. 
     

La découpe des bords

  • En haut : la xyphoïde en avant et T9 en arrière. Les omoplates doivent être libres. Le gril costal est partiellement dégagé pour faciliter la respiration.
  • En bas : hypogastre en avant, sacrum en arrière. Il est difficile de descendre jusqu'au pubis sans gêner la station assise. La découpe doit laisser libre  le volume des cuisses et des trochanters en station assise, sans quoi le corset remontera en entrainant des conflits au niveau des côtes et sous les seins.

Les ajourages

  • Ils assurent des chambres d'expansion pour les parties molles non compressibles et permettent un meilleur ajustement du corset.
  • Un corset non ajouré est beaucoup plus difficile à serrer et tend à flotter autour des parties molles (effet "pot de yaourt").