Formes topographiques
Accueil Remonter La scoliose idiopathique Evolution Première consultation Formes topographiques Suivi évolutif Traitement orthopédique Objectifs et indications Corset de Milwaukee Le Corset CTM Surveillance du traitement Traitement chirurgical

 

Les scolioses thoraciques

Pendant la croissance

  • Le risque évolutif est important, surtout s'il s'agit d'une forme précoce.
  • La gibbosité thoracique, l'asymétrie des omoplates et des épaules, le dos plat ou creux sont faciles à reconnaître. 
  • Le traitement orthopédique est difficile. Il ne peut corriger le dos creux.
  • Le traitement chirurgical est envisagé à partir de 45° d'angulation, parfois moins, s'il y a une inversion de courbure sagittale.

A l'âge adulte

  •  Si l'angulation est restée inférieure à 30°, la scoliose a de bonnes chances de rester stable et sans grande conséquence, à condition que le tronc reste équilibré et que le profil soit harmonieux. 
  • Le dos creux, les cyphoses jonctionnelles, l'inversion de courbure lombaire, de même que le déséquilibre frontal, sont des facteurs péjoratifs responsables de douleurs et de dégradation progressive du segment lombaire.
  • Si la scoliose dépasse 50°, elle entraine une limitation respiratoire (syndrome restrictif) qui peut donner lieu à des décompensations graves, lors de complications infectieuses (bronchites), et à une surmortalité après l'âge de 50 ans.
 
Scoliose dorsale de 45°
A ce stade, la chirurgie peut être discutée pour préserver le rachis lombaire d'une dégradation secondaire.

Les scolioses lombaires et thoracolombaires

Pendant la croissance

  • Elles représentent la majorité des scolioses de l'adolescent. L'idéal est de les dépister au début de la poussée de croissance pubertaire. 
  • L'évolutivité reste souvent modérée, mais elle est peut être difficile à prévoir à temps.
  • Les critères péjoratifs (lordose anormale, fermeture de l'angle ilio-lombaire, déséquilibre, rotation importante) doivent donc être pris en considération.
  • Elles sont très accessibles au traitement orthopédique par corset qui a le maximum d'utilité lors de la poussée évolutive prépubertaire.

A l'âge adulte

  • Les courbures de moins de 20° n'ont, statistiquement, pas plus de risque de douleurs ou de dégradation que la populaton générale. On parle de "scolioses mineures".
  • Les scolioses de plus de 30° ont un risque de dégradation important, du fait du vieillissement discoligamentaire :
    • Pincements discaux asymétriques, dislocation rotatoire, déséquilibre progressif.
    • Tout ceci pouvant être la source de de lombalgies, cruralgies et sciatiques.
  • Entre les deux, le pronostic reste discuté et difficile à établir.

Les scolioses thoracolombaires sont les plus exposées

Leur correction orthopédique est relativement facile, mais elles sont instables et récidivent facilement. A l'âge adulte, elles exposent à un déséquilibre progressif et à la dégradation du segment lombaire sous-jacent.


Scoliose thoracolombaire 
déséquilibrante avec un fort départ oblique lombaire.


Scoliose lombaire
ayant subi une dégradation dégénérative 
à l'âge adulte
.


Les scolioses doubles-majeures

  • Elles se définissent pas l'existence de deux courbures de valeur sensiblement identique, généralement dorsale droite et lombaire gauche. 
  • Ces scolioses ont un risque évolutif élevé lors que la croissance, comme les scolioses thoraciques.
  • Mais à l'âge adulte, elles sont de bon pronostic si les courbures s'équilibrent bien, sans gîte du tronc ni déformation en chandelier et si le profil est resté harmonieux.
  • On évite donc de les opérer en deçà de 60 à 70°, d'autant plus que leur stabilisation nécessite un montage long, ne laissant qu'un ou deux disques libres...